Aller au contenu

Accès palliatif à la gamme

Étiquettes:

Les tétracordes paliers

Dans la série algorithmique des gammes il y a trois sections…

Définitions typiques aux noms

  1. Les gammes n’ayant que deux notes altérées.
    L’altération simple soit (b, #) a plusieurs déplacements libres, ce qui n’est pas vrai pour les altérations doubles (bb, ##), qui sont altéractives et viennent empiéter au niveau de la note voisine. La gamme mélodique diminuée (°3) fait partie « des gammes n’ayant que deux notes altérées », puisque ce double-bémol affecte la seconde ainsi (C, bD, oE, F, G, A, B).
    Étant une gamme naturelle dont l’intervalle le plus grand égale un ton, puis sachant que l’altération simple déplace la note d’½ ton. Une gamme qui a deux altérations simples aux bons endroits n’effectuera pas une altéraction, exemples de gammes simples :
    1. 1.1 : +25-      -56+       +6           -23         -24+       +46-       -35+       ( exemples…)
  2. Et celles qui ont deux notes altéractives.
    Les noms des gammes ressemblent à des formules mathématiques dont l’opération est le résultat, car chaque chiffre signé représente un degré altéré. Comme les exemples ci-dessus le démontrent par leurs formes d’écriture, tels que deux notes jointes avec leurs altérations respectives aux extrémités. Cette formulation a un type de « nom entier », soit que sa formule représente l’intégralité de la tonalité diatonique. Elle fait entrevoir un autre type de nom de modulation modale, qui se voit lorsqu’elle ne suffit pas à représenter l’intégralité des notes altérées dans le mode.
    Voyons un peu les « noms entiers » et les « noms décimaux » :
    1. 2.1 : Les noms entiers sont ceux qui n’ont pas de partie décimale, comme ci-dessus.
    1. 2.2 : Les noms décimaux comportent un signe de ponctuation.
      Il y a une séparation pour notifier les degrés altérés ne pouvant pas avoir une forme entière comme (o35-), ce nom est celui de la gamme numéro douze de la liste créée par le script. Elle a quatre modes dotés d’une septième majeure, car les gammes fondamentales ont toutes une septième majeure, alors les modes à septièmes non-majeures ont été écartés.
      La liste des modes 7ème majeurs :
      1. 2.2a : 100101111001 | 1, o, o, +2, o, +3, +4, 5, -6, o, o, 7
        Nom décimal : +23.-6 ou -6.+23               +3 altéractif +4
      1. 2.2b : 100110010111 | 1, o, o, +2, 3, o, o, x4, x5, +6, 7
        Nom décimal : +25.x4 ou x4.+25              x4 altéractif +5 & #5 + #5 = x5
      1. 2.2c : 110011001011 | 1, -2, o, o, 3, 4, o, o, +5, o, +6, 7
        Nom décimal : -2.+56 ou +56.-2               aucune altéractif
  3. Des modèles modaux peuvent aussi comporter trois degrés signés.
    L’exemple déclaré sont les degrés modaux de la gamme numéro 28.
    1. 3.0 : Nom entier : 101010010111 | x45+
      1. 3.0a : 111010100101 | 1, -2, °3, o, -4, o, -5, o, o, 6, o, 7
        Nom entier atypique : -345    -4 altéractif -3 & b3 + b3 = °3 & °3 altéractif b2

Pour ne pas inclure de faute orthographique sur les noms des gammes,
leurs écritures dépendent principalement de l’auteur, ainsi que des flux naturels.

Les formes tétras adaptatives


Témoignage de la gamme numéro 1           °45x

Les degrés quatre et cinq sont des éléments du couple tétracordic, et cette gamme déclare un intervalle clustérien du fait des cinq ½ tons conjoints. La version courte binaire 1111 est dans sa forme un ensemble transposable, la gamme numéro 1 = 1111000001111.

Le principe de l’utilisation des tétracordes est de donner au code de programmation un objet avec lequel il obtiendra les modulations liées aux signes altéractifs, soit qu’un cluster unique puisse fournir un éventail des tonalités comprises dans le nom de la gamme.

Ce qui répondra aux exigences suivantes :

  • Obtenir la gamme -43 111010010101 | 1, -2, °3, 0, -4, 0, 0, 5, 0, 6, 0, 7 | 11101
    Le tétra médian (b4) active la tierce (b3) ou 10114ème | 1, 0, 2, -3, -4.
    Au début le tétra médian désigne une unité majeure, et en comparaison du cluster-tétra
    1-2°30-4 (11104ème) et du tétra médian (b4) 102-3-4(10114ème).
    • On a comme réponse une tierce minorisée une seconde fois d’où -43.
  • Les variations de la diminution harmonique °6 101011110001 | 1, 0, 2, 0, 3, 4, -5, °6, 0, 0, 0, 7
    Le tétra harmonique diminué est joint à la sixte 1116ème | 3, 4, -5, °6.
    Le tétra 10116ème. -304-5°6 | A sa tierce est mineure, donc °63- ou -36°.
    Le tétra 11106ème. -3-4°50°6 | A sa quinte diminuée, donc °65- ou -56°.
    • Le 11106ème. N’a pas besoin de citer -3, car elle est activée par °5.
  • Les trois bémols à l’harmonique *6 101111100001 | 1, 0, 2, -3, -4, °5, *6  (* = bbb)
    Le tétra harmonique tri-mineur est joint à la sixte 1116ème | -3, -4, °5, *6.
    Le tétra 1116ème. -3-4°5*6 | Voici sa forme majeure, donc *6.
    Le tétra 10116ème. °30-4°5*6 | A sa tierce diminuée, donc *63-.
    • Le 10116ème. Sa tierce diminuée °3, altéractive la seconde -2.

Ainsi que Des flux naturels

La logique d’écriture des noms des gammes à chiffres réels, dépend de la note sur laquelle a été posée l’altération. Elle est à l’origine de la première altéractivité, et en donne le sens de lecture RAPPEL : Le sens de lecture des signes bémols va de droite à gauche.

En voyant une note en altéraction, et en suivant son effet de cascade donnant ainsi une forme hiérarchique aux éléments. Forte de produire une signature naturelle. Car dotée d’un nombre préformaté elle simplifie la compréhension en précisant un moindre impact altéré ;
tel le tétra 10116ème. °30-4°5*6 | A sa tierce diminuée, donc *63-.

Complément honorifique

Résumé Analyse Première Forge

Vrai réalité ou façade virtuelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cookie Consent with Real Cookie Banner