Aller au contenu

Déferlement gammique

 


Lâchons les brides de nos peurs et libérons l’amour de nos cœurs

def fond_gam(mode, fol):
    """Développement diatonique du mode binaire
        Transforme binaire en unaire à calculer
     Crée une liste de la topologie et met en forme le nom
     Format(nom) = Max(2 degrés, 2 signes) (Ligne 59)..
        Altéractifs = o3, +3, -4, o4, x4, o5, x5,,"""
    '''Les intermédiaires : Définition altéractive.
    La    direction altéractive
        Lecture de gauche à droite pour les signes augmentés: '+', 'x', '^', '+^', 'x^'
        Lecture de droite à gauche pour les signes  diminués: '-', 'o', '*', '-*', 'o*'
    La        liste affirmative
        Ses éléments sont les terminaisons altératives :
            Cluster bémol | 1, -2, o3, o4 pour o4   | 1234000506078
            Cluster dièse | x5, +6, 7 pour x5       | 1020340005678
    Le dictionnaire altéractif
        Ses éléments sont des évènements intermédiaires :
            Cluster bémol | 2, -3, -4, o5 pour o5   | 1023450006078
            Cluster dièse | x3, x4, +5 pour x3      | 1020003456078'

Révision GlobalApplis commentaires

 

# Classement Gammes.mécanic
"""Les mutations sont chiffrées :
Noms mécaniques unic ou couple degrés centrés aux signes conjoins.
Les noms des gammes ont plusieurs formes :
1- Forme simple. Do maj | Do -3 | Do -5 Max(1 degré, 1 signe)
2- Forme double. Do -34+ | Do -25 | Do -36+ Max(2 degrés, 1 signe)
Max(2 degrés, 2 signes) Les degrés prioritaires..
3- Forme organe. Do o34x | Do ^3 | Do *5 Max(2 degrés, 3 signes)
4- Forme groupe. Do -235 | Do +456 Ras(mêmes signes)
Les noms des gammes ont deux types numériques :
1- Type entier. Voir exemples ci-dessus.
2- Type décimal. Do -34.+56 | Do +24.-36 Associe(Type entier)
Les priorités des traitements :
1- Traitement clustérien solution altéractivité.
2- Traitement signature modèle altération."""
affirmatif = [
'o*7', '-*6', '*5', 'o4', 'o3', '+^2', '^3', '^4', 'x5']
amplifier = {
'o3': ['-2'], 'o4': ['o3', '-2'], '*5': ['o4', 'o3', '-2'],
'-*6': ['*5', 'o4', 'o3', '-2'], 'o*7': ['-*6', '*5', 'o4', 'o3', '-2'],
'+^2': ['^3', '^4', 'x5', '+6'], '^3': ['^4', 'x5', '+6'],
'^4': ['x5', '+6'], 'x5': ['+6']}
alteractif = {
'x2': ['x2', '+3', '+4'], '^2': ['^2', 'x3', 'x4', '+5'],
'+3': ['+3', '+4'], 'x3': ['x3', 'x4', '+5'], '-4': ['-4', '-3'],
'x4': ['x4', '+5'], 'o5': ['o5', '-4', '-3'], 'o6': ['o6', '-5'],
'*6': ['*6', 'o5', '-4', '-3'], 'o7': ['o7', '-6'],
'*7': ['*7', 'o6', '-5'], '-*7': ['-*7', '*6', 'o5', '-4', '-3']}

Les tables (affirmatif, amplifier, altéractif)

Elles donnent à l’application les informations qui permettent l’utilisation des altéractions liées aux actions altératives sur les notes voisines, ceci en cas d’une note fortement altérée. Par exemple en appliquant deux dièses à le note Ré (seconde naturelle) on altère également la tierce et la quarte : ‘x2’: [‘x2’, ‘+3’, ‘+4’]. Il est important de se servir de ces tables car elles détaillent deux choses :
  • Les altérations portées naturellement sur les notes.
  • Ces altérations peuvent supporter un complément altéré.

 

Le modèle ‘x2’ altéractive ‘+3’, ‘+4’ ; Le nom de ce mode est ‘x2’.
Si le modèle ne réalise pas cette situation ‘x2’, ‘+3’, ‘x4’, ‘+5’ ; Il faut garder le nom ‘x2’ auquel on ajoute ‘+4’, en effet puisque ‘x2’ altéractive déjà ‘+4’ la quarte doit être augmentée une fois de plus. Le nom ‘x2’ n’est plus valable, le nom valable c’est ‘x24+’, on sait que ‘x4’ altéractive ‘+5’ n’est-ce-pas ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cookie Consent with Real Cookie Banner